Présentation

Un an après la mort d’Antoinette Fouque, en février 2014, l’œuvre de cette figure de référence de la libération des femmes se prolonge encore dans les domaines de l’art, de l’édition, de la culture, et de la politique. L’objectif de ce blog est de présenter les évènements et les réflexions et articles qu’elle continue de susciter. Ecrivaine et psychanalyste, Antoinette Fouque, née à Marseille en octobre 1936, est connue pour avoir cofondé le Mouvement de libération des femmes (MLF), en 1968. Quelques années plus tard, elle favorise l’expression des femmes en créant les Editions des femmes, puis les premières librairies Des femmes.

Antoinette Fouque
Antoinette Fouque — Image by © Sophie Bassouls

En 2007, dans la même mouvance, elle a ouvert l’Espace des femmes, un lieu d’expression et de discussions au cœur de Paris, réunissant les Editions des femmes, une librairie et une galerie. A la fois théoricienne et femme d’engagements, Antoinette Fouque a sans cesse lié pensée et action. Elle a fondé l’Institut pour la recherche en sciences des femmes, mais aussi l’Observatoire de la misogynie, et l’Alliance des femmes pour la démocratie, début 1989, afin de donner un nouvel élan au Mouvement de libération des femmes.

Engagée dans l’action politique en toute indépendance, Antoinette Fouque a multiplié les champs d’intervention. Elle a notamment été chargée de mission auprès de Michèle André, secrétaire d’Etat chargée des droits des femmes sous le gouvernement Rocard, membre de l’Académie Européenne des Sciences, des Arts et des Lettres, membre du conseil d’administration d’Université sans frontières, parlementaire européenne élue sur la liste du Parti radical de gauche (1994-1999). Elle a pu, dans tous ces contextes, faire avancer les droits des femmes et apporter le soutien de la France et de l’Europe à des femmes politiques opprimées, comme au Prix Nobel de la Paix, Aung San Suu Kyi, démocrate birmane, ou à Leyla Zana, condamnée en Turquie en 1998, pour avoir exposé en public des convictions pro-kurdes.

Membre de la délégation européenne à la conférence de l’ONU de Pékin, en 1995, Antoinette Fouque a par ailleurs apporté sa réflexion et son éclairage au sein de l’Observatoire de la parité. Pour son engagement dans la lutte pour la reconnaissance des droits des femmes, Antoinette Fouque a reçu les insignes de Commandeur dans les ordres de la Légion d’Honneur et des Arts et Lettres.

Antoinette Fouque
Antoinette Fouque , Photographie : ©Sophie Bassouls

Elle a en outre été élevée au rang de Grand Officier de l’ordre national du Mérite. Son oeuvre  d’auteure, récemment marquée par le Dictionnaire universel des créatrices paru en 2013 qu’elle a codirigé, l’est également par Qui êtes-vous Antoinette Fouque ?, et plus encore par son essai intitulé Il y a deux sexes, premier d’une série de trois. Ce livre dresse un état des lieux de la situation des femmes et expose son concept de féminologie, qu’elle a développé au fil de plus de trois décennies d’analyses et de luttes.

Les travaux et les prises de parole d’Antoinette Fouque font toujours l’objet d’études en France ainsi que dans plusieurs pays du monde. Aux Etats-Unis, son livre There are two sexes a été publié en 2015 par Columbia university press.